Bande dessinée, école et université : quelle mésentente ?

Dans le premier billet consacré à une étude sur la « jeune recherche en bandes dessinées », Julien Baudry pose une question qui me semble des plus intéressantes. Constatant à la fois le manque d’ampleur et d’organisation des recherches universitaires et le développement de « discours » malgré tout « pertinents et intéressants », celui-ci s’interroge sur la « pertinence de la reconnaissance de la bande dessinée par l’université » : « N’y a-t-il pas un risque à s’enferrer dans une recherche vaine de “légitimité”, toujours insatisfaisante et pas forcément créatrice d’un savoir scientifique ? »

Le risque ici évoqué me semble d’autant plus réel que, et ainsi que le signale Julien Baudry, des universitaires n’ont eux-mêmes pas hésité à diffuser leurs travaux dans des revues ne relevant pas des canons de la publication scientifique. Ainsi que je l’écrivais à propos de Comicalités en octobre 2011 (au sein des défunts mais toujours en ligne Carnets de la bande dessinée), il faut se garder de « faire de “recherche” ou d’“université” des mots presque magiques qui aurait le pouvoir d’éclipser (voire de contester la légitimité) d’autres types de discours », et plus largement de croire « qu’un mode de création (quel qu’il soit) puisse vivre, se développer et être explicité » grâce à un unique type de mode de médiation et production du savoir.

La bande dessinée : une lecture confidentielle ?

20012015IMA3

Christine Détrez, Olivier Vanhée, Les Mangados. Lire des mangas à l’adolescence, éditions de la BPI, 2012. © BPI

Souscrivant donc totalement aux réserves de Julien Baudry, je tiens néanmoins ici à prolonger son propos car il soulève un problème de taille. En effet, l’université n’est pas la seule forme d’institution a éprouver quelques difficultés vis-à-vis de la bande dessinée et on peut même penser celle-ci fâchée avec toutes les structures d’apprentissage ainsi qu’en témoigne l’un des articles de l’ouvrage La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? qui est en cours de parution. Sylvain Aquatias fait ainsi remarquer : « Alors même qu’il est admis que la bande dessinée peut être une ressource pour enseigner, elle est quasiment absente des programmes de français. Au demeurant, les œuvres du neuvième art sont surtout conçues dans le monde scolaire comme des aides pédagogiques, rarement comme des œuvres en soi, méritant une étude propre ».

La bande dessinée serait ainsi pensée comme un instrument de médiation, comme un langage doté d’intéressantes propriétés en terme de transmission lui permettant de se mettre au service d’autres savoirs. Et le fait de ne pas la reconnaître comme la clé de voute d’une culture graphique à part entière semble avoir des conséquences d’importance : « De la même manière que Philippe Coulangeon note une faible influence de l’école sur le goût musical des jeunes, on peut penser qu’elle agit peu en ce qui concerne le goût pour la bande dessinée » dont la transmission relève du coup de modalités qu’analyse Sylvain dans la suite de son texte.

Ni université, ni école : tel pourrait ainsi être formulé ce qui ne relève nullement d’un crédo mais bien plus d’une condition qu’il s’agit d’interroger tant elle prend des formes parfois étonnantes que met par exemple en évidence le travail de Christine Détrez et d’Olivier Vanhée. Les Mangado (publié aux éditions de la BPI) dresse en effet le portrait saisissant d’un type de lecture qui prend place dans des pratiques et espaces qui sont justement tout sauf légitimes (tels le bus ou la classe, où l’on est censé faire autre chose). La bande dessinée se glisse dans des interstices, prend place dans des moments d’ennui, pas forcément « occupables » par autre chose et participe plus largement d’une intrigante circulation des livres qui rappelle un peu les temps sombres de l’occupation durant la Seconde Guerre Mondiale.

On se passe les mangas sous le manteau, dans l’anonymat d’un coin de la cour du lycée, et les échange au sein d’un cercle fermé de connaissances à qui l’on peut se fier, sans forcément chercher à les présenter à d’autres. La bande dessinée est ici presque au fondement d’une espèce de société (secrète) et ces pratiques mettent en perspective un singulier domaine d’investigation. Il serait absurde d’appréhender université et école à l’aune de la seule légitimité : comme peut en témoigner n’importe quel enseignant et chercheur, elles n’ont ni les moyens, ni l’envie, de s’en arroger le monopole. Et il serait plus juste de se demander si refuser de faire une place à la bande dessinée ne revient pas à lui nier la possibilité de devenir un « lieu commun » au sens fort du terme, un terrain de rencontre entre individus d’âge, de statuts, de classes sociales et d’ambitions différentes.

Quelle transmission graphique ?

20012015IMA1

Didier Quella-Guyot, 100 séquences de bandes dessinées. Patrimoine du neuvième art (1831-1999), CRDP Poitou-Charente, 2011. © CRDP Poitou-Charente

Pour prolonger les réflexions de Julien Baudry et Sylvain Aquatias, il serait ainsi pertinent de disséquer un ouvrage de Nicolas Rouvière comme Bande dessinée et enseignement des humanités (ELLUG, Grenoble, 2012) ou de s’intéresser à des initiatives comme celles du Centre Régional de Documentation Pédagogique de Poitou-Charente à travers la collection « La BD de cases en classes ». Et plus largement d’étudier notre système éducatif au regard de ce qu’il peut et entend transmettre : serait ainsi esquissée une forme d’histoire de la mise en partage des modes d’expression et de publication mobilisant des réflexions ayant par exemple trait tant aux présupposés des formateurs qu’aux compétences transmises aux formés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *