Le carnet de Comicalités : ouverture

Comicalités se dote d’un nouvel outil : un carnet de recherche (ou blog scientifique) qui a vocation à accompagner la revue dans ses activités. Il adoptera un mode de fonctionnement différant quelque peu de dispositifs comparables (tels le blog de Contextes ou le carnet de Vertigo) comme en attestent des missions explicitées à travers les trois catégories au sein desquelles s’inscriront les différents billets.

La rubrique « La revue » aura pour fonction d’animer et de structurer la communauté que constitue toute revue scientifique digne de ce nom. Si Comicalités a aujourd’hui acquis une légitimité certaine (comme en attestent ces mesures d’audience et la fréquence de ses citations), c’est en effet car elle est le fruit d’un effort collectif. Plusieurs experts sont systématiquement mobilisés afin d’optimiser (par des suggestions en termes de documentation ou pistes de réflexions) les travaux qui nous sont soumis et ainsi inviter leurs auteurs à retravailler deux ou trois fois au minimum leurs propositions.

Nous livrons peu d’articles (entre 10 et 14 par an) car ceux-ci obéissent à ce long processus qui permet de mieux les valoriser : cette sélection (toute publication se faisant à l’unanimité de trois voix : deux experts et la mienne) est synonyme d’exigence et garantit l’attractivité d’une revue qui peut faire valoir l’originalité (s’intéresser à la culture graphique) des travaux qu’elle diffuse. Et l’un des objectifs du Carnet de Comicalités sera ainsi d’expliciter les tenants et aboutissants d’un dispositif qui suppose administration, concertation et décisions quant à l’évolution de la publication.

La rubrique « Études et intuitions » aura une autre fonction : diffuser idées d’articles, projets d’ouvrages ou demandes de collaborations afin de pouvoir leur donner sens et chance. A côté d’une revue relevant de strictes procédures de certification, il nous semble en effet nécessaire d’ouvrir un espace qui soit l’instrument d’un devenir ou d’une genèse scientifique et fasse peut-être plus largement une place à une forme d’enthousiasme que nos instances de production scientifique ne reconnaissent peut-être pas à sa juste valeur.

Les intuitions présentées ici ne seront de plus dans les faits jamais perdues pour la postérité : archivés sur la plateforme ISIDORE, les billets jouiront en effet d’une pérennité certaine et cette rubrique fera également une place à une « littérature grise » qui est aujourd’hui trop souvent ignorée par notre communauté scientifique. Même s’ils ne relèvent pas du processus de certification décrit plus haut, il nous semble en effet aujourd’hui difficile (voire impossible) d’ignorer la valeur documentaire de travaux publiés dans des archives ouvertes comme le Social Science Network, la plateforme HAL-SHS ou encore la rubrique « thèses et mémoires » du site neuviemeart 2.0 qui accueille de passionnants travaux d’étudiants.

Enfin, la rubrique « Vie scientifique » sera tournée vers l’environnement de la revue et plus largement des travaux s’intéressant à la culture graphique. Lieu d’une veille et d’une information quant à des événements ou des publications passées ou à venir, elle s’inscrit dans la lignée d’un autre dispositif : Les carnets de la bande dessinée qui sont en sommeil depuis mars dernier. Créés en 2009 par Sylvain Lesage et moi-même, ceux-ci ont accueilli plus de 250 billets en trois ans et diffusés principalement des appels à communication assortis de pistes de réflexion.

Ils avaient vocation à structurer la communauté scientifique née après le colloque « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » que j’avais organisé à la même période et plus largement à permettre à nombre de chercheurs (jeunes et moins jeunes) de participer à colloques et publications. Au regard du développement de Comicalités, il me semble que cet objectif est désormais atteint et qu’il est temps d’envisager le futur à travers un dispositif de publication plus large et mieux intégré à notre système de publication scientifique. La Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image poursuivra ce travail de veille et le devenir des Carnets de la bande dessinée est à l’heure actuel en suspens : avis aux amateurs…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *