Fictions moyennes : dessin et hiérarchies culturelles

Diana Holmes et Matthieu Letourneux lancent, pour le compte de la revue Belphégor, un appel à communication intitulé : « Fictions moyennes ». Cette proposition est susceptible d’intéresser nombre de chercheurs travaillant sur le dessin puisqu’elle nous invite à penser des productions au regard d’une hiérarchie culturelle, ou plus exactement d’une inédite catégorisation. Entre la « haute » et « populaire » culture, il y aurait un « moyen » qui est défini dans l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous en termes esthétiques : « intrigues favorisant l’immersion », « personnages suscitant l’empathie », « récits privilégiant une mimésis transparente »… Ces quelques lignes suggèrent déjà une définition : serait « moyenne » une fiction qui vaut moins par ses modalités que par sa finalité, et plus précisément les thèmes ou sujets dont elle entend s’emparer.

La « fiction moyenne » : un secteur éditorial ?

01112014FictionsMoyennesIMA1

Guillaume Bianco, Antonello Danela, Mon copain est un microbe (Ernest et Rebecca, tome 1), Le Lombard p. 3. © Le Lombard.

Vulgarisation, sensibilisation, médiation, voire propagande… Plusieurs qualificatifs peuvent caractériser une entreprise que l’on retrouve dans nombre d’œuvres. Citons, une fois n’est pas coutume, le Tintin d’Hergé qui n’a de cesse, à travers des récits on ne peut plus linéairement structurés, des incidents internationaux (invasion de la Chine par le Japon dans Le Lotus bleu) ou des trafics douteux (de drogue dans Le Crabe aux pinces d’or, d’esclaves dans Coke en stock)… Séries de comics (pensons à des X-Men dans lesquels le thème de l’exclusion est omniprésent) ou de manga (Ashita no Joe) pourraient également être convoquées, sachant que toute tentative de constitution de corpus se heurte à un problème. Tous les modes d’expression s’interdisant une forme de sophistication narrative, ne peuvent-ils pas être d’emblée rangés dans les « fictions moyennes » ? La question se pose par exemple à propos de la « littérature de jeunesse », et par exemple d’une œuvre comme Ernest et Rebecca qui met à l’honneur le personnage d’une petite fille se liant d’amitié… avec un microbe. Le thème de la maladie est ici abordé en sus de celui de la famille puisque les parents de l’enfant sont en plein divorce : ne touchons-nous pas ici aux limites d’une catégorie littéraire ? Nous laissons à nos lecteurs le soin de juger avant le 30 novembre prochain.

Fictions « moyennes » (middlebrow)

 

Le terme « culture moyenne » (et plus encore le terme anglais « middlebrow ») est franchement péjoratif : il signifie une culture qui ne possède ni la dignité de la « haute culture » ni l’énergie dynamique quoique vulgaire du populaire. Inventé durant les années 1920, période d’expansion d’une petite bourgeoisie relativement instruite et ambitieuse, le terme de « middlebrow » désigne un genre de culture qui, selon le magazine satirique Punch, visait le consommateur « qui espérait être un jour familier avec les produits culturels qu’il convenait d’apprécier » (Punch, 23 décembre 1925). Si les fictions moyennes abordent des questions sérieuses, elles le font au moyen d’intrigues favorisant l’immersion, de personnages suscitant l’empathie, de récits privilégiant une mimésis transparente – autrement dit, en utilisant des techniques que méprise la littérature légitime, laquelle se réclame plutôt d’un modernisme sceptique, réflexif et autoréférentiel. Et pourtant leurs thématiques sociales et philosophiques les éloigne de ces genres pleinement populaires que la critique Nicola Humble rassemble sous l’expression de « romans d’amour ou d’action bas de gamme » (Humble 2001 : 11). Selon Bourdieu, l’art moyen appartient tout comme le populaire au champ des récits de grande production déterminés par le marché, à la différence de la haute culture qui relève plutôt du champ de production restreinte – et pourtant, la culture moyenne présente aussi certaines caractéristiques qui « la prédisposent à rejoindre la culture légitime » (Bourdieu 1993 : 128).

Certain(e) s critiques britanniques ont abordé l’étude du « middlebrow », surtout par rapport au « genre » (gender) et à l’histoire littéraire anglaise (voir www.middlebrow-network.com). Janice Radway, critique féministe américaine, a étudié le « Book-of-the-Month Club » en tant que démarche éditoriale caractéristique du « middlebrow » aux États-Unis. Mais la plupart du temps, l’histoire et la critique littéraire (et filmique) ont simplement passé sous silence ce vaste ensemble culturel, malgré son importance pour la compréhension de l’esthétique et de l’imaginaire collectifs d’une époque. Si l’on excepte le colloque de janvier 2014, European Middlebrow Cultures, 1880-1950 : Reception, Translation, Circulation, tenu à l’Académie Royale des Arts à  Bruxelles (http://europeanmiddlebrow.wordpress.com/), on compte peu d’événements explorant le « middlebrow » au-delà des cultures anglophones. Le terme lui-même, il est vrai, n’est ni étanche ni stable : ce qui se définit comme « middlebrow » varie en fonction de valeurs culturelles qui sont loin d’être fixes, et le goût majoritaire change lui aussi suivant la situation sociale ou le moment historique. La culture moyenne se définit aussi suivant le marché et les moyens de production car, pour citer encore Janice Radway, le « middlebrow » renvoie « à la fois à une forme matérielle et à une forme idéologique » (Radway 1997 : 367). Dans ce volume spécial de Belphégor, dirigé par Diana Holmes (University of Leeds) et Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest, Nanterre), nous chercherons à la fois à développer des études empiriques et à conceptualiser le « middlebrow », au-delà de la culture anglophone mais sans exclure celle-ci.

Nous vous invitons donc à envoyer des propositions d’articles sur les fictions moyennes, littéraires ou filmiques, de la fin du dix-neuvième à nos jours. Les propositions seront de 500 mots maximum, et seront envoyés à : d.holmes@leeds.ac.uk avant le 30 novembre 2014.

Thèmes possibles :

– la culture moyenne et l’industrie de l’édition

– l’adaptation comme exemple caractéristique du « middlebrow » (exemple : l’adaptation romanesque au cinéma et à la télévision)

– le genre : la culture moyenne au féminin et au masculin

 – l’esthétique « moyenne »

– la culture moyenne et la question des représentations nationales

– la représentation de l’histoire dans la culture moyenne

– la culture moyenne et le postcolonial


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *