Approche stylistique de la bande dessinée : nouveau groupe de recherche

La recherche sur la bande dessinée et la culture graphique est-elle en voie de se structurer ? Telle est la question que nous posons à maintes reprises, et sous de nombreuses formes, dans les pages de ces Carnets. Et si leur simple existence (datant de 4 ans maintenant, si je prends en compte les ex-Carnets de la bande dessinée) et leur audience (constante, malgré les années, et relativement importante puisqu’ils figurent dans le tiers supérieur des Carnets de recherche d’Hypothèses) constituent déjà un élément de réponse, une initiative nous invite également à nous poser une nouvelle fois la question.

Sous l’impulsion de Jacques Dürrenmatt (professeur des universités en lettres à l’université Paris 4), un groupe de recherche sur la bande dessinée s’est en effet constitué au sein du laboratoire Sens, Texte, Informatique, Histoire (STIH). Ayant entamé ses activités en novembre dernier, il s’est réuni pour la seconde fois le 13 décembre en suscitant un bel intérêt : de par la présence ou les manifestations d’intérêt que suscite l’initiative, celle-ci semble bien née et force est de constater que l’étude de la bande dessinée ne laisse pas indifférent à l’université. Comicalités et son Carnet sont également associés à ces travaux et nous espérons pouvoir héberger ici des billets rendant compte des intéressantes activités du groupe.

Lors de la séance inaugurale, il fut en effet question de l’orientation du groupe et donc de l’espace scientifique qu’il entend permettre de constituer. À partir d’un exposé de Jacques, furent ainsi présentées et examinées plusieurs orientations allant d’une approche historique de la bande dessinée (permettant par exemple des travaux monographiques) jusqu’à une approche thématiques (se focalisant par exemple sur l’héroïsme ou la guerre…) en passant par une approche médiatique (examinant notamment le rôle des revues). Mais c’est finalement une autre orientation qui fut choisie à l’unanimité : une approche stylistique.

L’ensemble des participants s’est en effet réuni autour d’un constat que je présenterai comme suit (en laissant à tous les présents le soin de rectifier, compléter, amender, bref : enrichir) : parmi l’ensemble des questions que pose la bande dessinée, les moins développées et étudiées concernent certainement ses moyens d’expression. Ou plus précisément : l’organisation des formes verbales, scripturales et spatiales (liste close ?) qu’elle mobilise afin de construire des narrations. Une question comme « Comment caractériser le style de tel ou tel auteur ? » met effectivement en évidence un réel déficit : alors que l’étude de la littérature ou du cinéma peut s’appuyer sur de solides travaux, tel n’est pas le cas de la bande dessinée (fait qui tient en partie selon moi à la nature énigmatique de son matériau : voir mon dernier billet, « Le dessin : un impensé »).

Cette réflexion débouchera sur l’organisation en novembre 2014 d’une journée d’étude organisée par le STIH et le LABSIC des universités Paris 4 et 13 qui sera par la suite publié dans Comicalités. Il fut choisi d’aborder dans un premier temps la question à partir d’un lexique de termes choisis par les différents membres du groupe. Plus que des notions comme « cadre » ou « case », ceux-ci doivent permettre d’explorer ce que j’appelle dans le billet cité ci-dessus « l’écrit enrichi » de la bande dessinée. Tous les participants furent ainsi invités à proposer des mots en vue de la prochaine réunion, et je me permets pour clore ce billet de fournir une première sélection de termes : se demander quelle signification possède « rupture », « insistance », « gradation » ou « ellipse » dans le cas de la bande dessinée me semble par exemple permettre d’explorer plus avant le neuvième art.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *