Le retour : espaces, fractures, transition

Plusieurs chercheurs de l’université de Pau (dont l’activité scientifique est à l’honneur sur ce carnet ces derniers temps comme en témoigne un autre appel à communication) publient un appel à communication intitulé : « Le retour : espaces, fractures, transition ». Cette proposition nous invite à réfléchir sur l’un des ressorts les plus communs de la fiction : instaurer entre un personnage et son environnement une forme de décalage ayant valeur de « rupture réelle ou symbolique d’un ordre familial, social ou même économique »… D’ordre temporelle, morale ou mentale, celle-ci nous invite en tout cas à interroger les « questions de l’identité et de ses transformations », notamment dans le cas de l’ensemble des personnages ou héros présentés dans le texte que nous reproduisons ci-dessous. Il est par contre une piste que celui-ci ne fait qu’esquisser (en parlant par exemple de « revival ») et dont traite notamment un article de Christophe Dony publié dans Comicalités. Ces retours peuvent être placés au cœur de stratégies éditoriales d’une ampleur parfois impressionnante. Pensons notamment au « relaunch » opéré par DC Comics à partir de 2011 : suivant la publication d’une mini-série intitulée Flashpoint, celui-ci consiste en une large refonte des personnages et récits publiés par l’éditeur américain. Héros emblématique, Flash évolue soudainement dans un monde n’ayant rien de comparable avec celui qu’il a connu et l’ensemble des héros familiers du lecteur arborent ainsi de nouvelles parures ou identités. Permettant également la fusion de la production de trois structures éditoriales (DC Comics et ses deux filiales, Vertigo et Wildstorm), ces multiples « retours » prennent la forme d’une confusion de divers feuilletons et sont présentés sous le nom de « New 52 » qui désigne un ensemble de 52 publications portant le n°1. Un « retour général » est ainsi l’occasion d’entamer lectures ou collections des multiples publications des aventures de ces célèbres héros, procédé propice au renouvellement d’un lectorat que se propose par exemple d’accompagner sur le territoire français une structure comme Urban Comics en révisant ses modes de publication (introduites par un rédactionnel resituant héros et héroïsmes dans un cadre plus large) et en développant une flopée de collections (« DC Archives », « DC classiques », « DC Renaissance »…) que nous laissons à nos lecteurs le soin d’explorer avant le 31 octobre prochain.

Le retour : espaces, fractures, transition

Le motif du retour constitue un thème central dans la plupart des civilisations et des sociétés. Parabole dans la Bible (le retour du fils prodigue), paradigme matriciel dans la littérature (le retour d’Ulysse achève l’Odyssée) comme dans la religion (le messianisme, le mythe de l’éternel retour), rituel militaire (le retour des armées triomphantes ou vaincues), horizon d’attente chez bien des exilés ou des migrants (le retour au pays, réalisé ou toujours repoussé), motif dramaturgique majeur au cinéma (12 Years a Slave de Steve McQueen ou Ida de Pawel Pawlikowski, pour ne citer que deux films récents), le retour est un motif très riche dans ses formes comme dans ses très nombreuses significations.

Quoi de commun alors, entre le retour d’Ulysse, celui du fils prodigue, celui de Martin Guerre, celui des migrants ou des exilés, ou encore celui des combattants ? Est-il possible d’appréhender dans un même mouvement le retour de plusieurs centaines de Communards amnistiés, celui des combattants de la Première Guerre mondiale, celui des prisonniers de guerre ou des survivants des camps d’extermination ? Quelles questions posent ces différentes formes de retour ? Le retour « à la normale » est-il vraiment possible ? Quel imaginaire se cache derrière la figure du retour ? Revenir est-il un verbe synonyme de « retourner » ? Il y a dans le retour un tour et un détour qui est plus qu’une nouvelle venue.

A première vue, ce qui semble en jeu – et qui pourrait donc être appréhendé par l’ensemble des sciences humaines – ce sont les questions de l’identité et de ses transformations (Ulysse revient déguisé, Martin Guerre est un usurpateur…), celle du parcours initiatique (l’errance, la guerre, l’exil) et de ses enjeux territoriaux (les pérégrinations d’Ulysse dessinent un espace politique et anthropologique). Le retour peut aussi être un retour sur soi (le retour aux « racines » comme accomplissement d’une destinée personnelle ;  le retour au « pays », le retour dans sa famille…), un retour à une tradition le plus souvent réinventée. Générateur d’un « tiers-espace » (H.Bhabba), le retour est une traversée du temps qui brouille et renouvelle les frontières humaines, culturelles ou politiques.

Le retour, c’est aussi l’occasion d’analyser, en quelque sorte à rebours, la rupture réelle ou symbolique d’un ordre familial, social ou même économique « naturel ». S’il peut paraître comme une tentative de réparation d’un désordre de nature variable, s’il peut être une forme de célébration ou d’accomplissement de soi (le retour permet de se « retrouver »), il peut aussi être une manière de se perdre (l’assassin qui revient sur les lieux de son crime se trahit), susciter l’effroi ou le détour (« les gueules cassées ») et générer des désordres multiples. On peut donc également analyser les effets des retours dans les sociétés quittées : ceux qui reviennent apportent de nouvelles manières de voir et de faire propices aux hybridations et métissages multiples. En fin de compte, questionner le retour, c’est ici l’occasion de réfléchir collectivement sur le temps, son étirement, ses cycles, ses effets différenciés sur ceux qui partent et ceux qui restent.

En effet, le retour est toujours complexe. Les proscrits du Second Empire comme les exilés de la Commune, qui sont parfois les mêmes individus, l’expérimentent parfois brutalement. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Thomas Mann, dont l’antifascisme avait été sans failles, doit affronter à son retour en Allemagne un discrédit brutal, et finit par s’installer à Zurich. À partir de la fin des années 1980, les exilés chiliens rentrent en grand nombre chez eux, mais ces retornados, qui bénéficient pourtant parfois de dispositions financières favorables, éprouvent bien des difficultés à recoudre la trame déchirée de l’histoire et doivent souvent affronter l’hostilité de ceux qui sont restés. Ici, le retour est intéressant en ce qu’il permet, aussi, d’analyser différemment la rupture du départ parce que, comme l’écrit l’historienne Dominique Fouchard à propos des poilus de 14-18, « penser le retour, c’est rendre le départ possible ».

Un certain nombre d’axes de réflexion peuvent être proposés, sans exhaustivité aucune :

  • Trajectoires politiques et sociales : les retours d’exil, les migrations de retour (définitives ou saisonnières), le droit au retour (en Espagne, l’octroi de la nationalité espagnole pour les descendants d’exilés), les transferts culturels, le retour à la démocratie…
  • Le retour comme cristallisation des émotions collectives : le retour des troupes  (fêter la victoire ou pleurer la défaite) ; le retour des otages ou des prisonniers, le retour de l’homme providentiel…
  • Le retour « à la normale » : au lendemain d’un conflit armé, quels sont les formes et les effets de la démobilisation, dans l’ordre économique, politique, social, mais aussi dans le domaine de l’intime ? Que cache l’illusion de « retour à la normale »  après une crise économique ? La notion de « retour à l’ordre » ;
  • Le motif du retour en littérature ou dans les arts : morphologie, dynamiques, fonctions. Le « néo » ou le « revival ». L’iconographie du retour…

Modalités de soumission

Le colloque, qui donnera lieu à publication, se veut résolument ouvert à toutes les périodes et aux sciences humaines dans l’acception la plus large. Les communications se feront en français, anglais et espagnol. Les propositions de communication (2500 caractères max.) sont à envoyer à colloqueleretour@gmail.com

jusqu’au 31 octobre 2014.

Le Comité scientifique enverra ses réponses autour du 15 janvier 2015. Le colloque aura lieu les 27-28-29 mai 2015.

Colloque organisé dans le cadre de la Fédération de Recherche Espaces-Frontières-Métissage, soutenu par l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (IRAA), le Laboratoire Identités-Territoires-Expression-Mobilités (ITEM), le Centre de Recherche en Poétique, Histoire Littéraire et Linguistique (CRPHLL) et le Laboratoire Langues, Littératures et Civilisations de l’Arc Atlantique (LLC Arc Atlantique).

Comité d’organisation

  • Jean-Yves Casanova,
  • Laurent Dornel,
  • Michael Parsons,
  • François Quantin

Comité scientifique

  • Laurence Campa (Professeur de Littérature, Univ. Paris Ouest Nanterre),
  • Jean-Claude Caron (Professeur d’Histoire contemporaine, Univ.Blaise Pascal Clermont-Ferrand, IUF),
  • Sabine Forero-Mendoza (Professeur d’Histoire de l’Art contemporain, UPPA),
  • Dirk Hoerder (Professeur émérite d’Histoire, Arizona State Univ.),
  • Ana Iriarte Goñi (Professeur d’Histoire grecque, Univ. Pays Basque, Vitoria),
  • Jean-Jacques Lecercle (Professeur émérite, Linguistique et Littérature anglaises, Univ. Paris Ouest Nanterre),
  • Loïc Vadelorge (professeur d’Histoire contemporaine, Univ. Paris Est Marne-la-Vallée). 

Lieux et dates

  • Université de Pau et des Pays de l’Adour, amphithéâtre de la Présidence. – Avenue de l’Université
    Pau, France (64)
  • Vendredi 31 octobre 2014

Contacts

  • Laurent Dornel courriel : laurent [dot] dornel [at] univ-pau [dot] fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *