Frontières de la chronique

 La revue portugaise d’études françaises Carnets lance un appel à communication intitulé : « Frontières de la chronique ». Cette proposition nous invite ainsi à réfléchir à un genre se situant, aux dires de l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous, « entre la mémoire de longue durée, la peinture du passage du temps et la saisie du moment ». Et même si ne sont ici mentionnées (flagrant manque d’imagination) que des formes textuelles, il est toutefois possible de s’intéresser aux formes graphiques de ce singulier exercice constituant finalement des récits par le moyen d’un « passage » et de moments. Il serait par exemple possible de s’intéresser, dans une optique « historique », au Feuilleton du siècle de Willem publié aux éditions Cornelius, mais également à l’œuvre singulière de Guy Delisle. Shenzhen, Pyongyang ou Mémoires de Jérusalem semblent en quelque sorte incarner la quintessence de la chronique, et ce dernier exemple notamment pose un problème des plus intéressants. Si l’auteur s’empare d’un sujet grave, c’est en effet à travers un récit pour le moins étonnant : celui d’un personnage-narrateur qui n’est finalement que de passage et semble découvrir, sans cesse curieux et étonné, les mœurs et coutumes de contrées ravagées par la guerre. Touriste plus que témoin, observateur plus qu’acteur, débonnaire plus qu’en colère : se situant aux antipodes de la position d’une Joe Sacco traitant du même sujet, cette étonnante position est peut-être au plus proche de la forme de la chronique et sa forme graphique (proche de la caricature) mériterait certainement d’être explorée plus avant. Nos lecteurs seront libres d’explorer ou non cette piste avant le 15 mai prochain.

Frontières de la chronique

Carnets, revue électronique d’études françaises

Carnets — French studies e-journal

*  *  *

 

Issue du rapport entre la parole et le temps et, plus spécifiquement, du déplacement du réel dans l’écriture, la chronique est partagée entre la mémoire de longue durée, la peinture du passage du temps et la saisie du moment.

Portant sur la conscience du temps qui passe ou la mise en évidence de l’actualité et du quotidien, mais aussi bien sur la quête des origines et la mythification de l’histoire, la chronique littéraire est un genre qui ne cesse d’évoluer et de s’adapter aux mutations des perceptions du temps. De la représentation d’un temps chronologique et de l’enregistrement des faits historiques, pour la glorification du présent (ainsi, par exemple, dans les grandes chroniques ou les chroniques à portée plus biographique ou mémorialiste du Moyen Age), à l’instantané de la pensée et de la vie, qui fait de ce genre celui de l’expérience personnelle; de la subjectivité du regard sur le temps aux perceptions partagées du monde, dans les correspondances ou la presse; entre l’érudition et la conversation; entre l’éloge des patrons et des commanditaires ou le mécénat ; entre une fonction sociale de grande portée et la consommation de masse; de la forme indépendante à l’insertion ou à l’adaptation à d’autres formes génériques; la chronique est un genre infiniment malléable et hybride où se mêlent le fait et la subjectivité de celui qui témoigne de son temps, le souci du réel et la critique.

S’agit-il d’écrire le temps du monde ou le temps du moi? La chronique est-elle un genre littéraire ou historique? Ou ne serait-elle pas plutôt une forme transgénérique, témoin paradigmatique de l’éclatement des genres? Quelles sont les fonctions de la chronique? Quelles en sont les formes, les métamorphoses ou les déformations?

Que vous soyez spécialiste de littérature française médiévale, classique, romantique, réaliste ou surréaliste, ce genre ne saurait manquer de vous concerner et de vous interpeller, car il traverse toutes les époques et tous les courants.

Nous vous invitons donc à réfléchir à la chronique en tant que genre littéraire et à ses frontières avec d’autres genres et même d’autres domaines tels que l’histoire, le journalisme ou la critique, selon différents axes thématiques ou formels. Il s’agirait ainsi:

Soit de proposer une réflexion théorique sur la chronique en tant que genre littéraire, en posant la question de son statut et de ses frontières avec d’autres genres, comme l’essai, les genres épistolaires, voire avec des genres plus fictionnels comme le conte, la nouvelle ou le feuilleton littéraire ; sans négliger sa remarquable capacité d’intégration à d’autres genres tels que le roman, ou même la poésie, le poème en prose en particulier.
Soit de vous intéresser à la chronique à des époques singulières : Moyen Age (les Chroniques, les Chroniqueurs…) ; XVIème siècle (Chroniques Gargantuines, Essais de Montaigne, littérature populaire…) ; XVIIème siècle (Lettres de Mme de Sévigné, Mémoires de Saint-Simon…) ; XVIIIème siècle (critique d’art de Diderot, écrits de toute sorte des philosophes…) ; XIXème siècle (révolution du genre avec le développement sans précédent de la presse et de la critique) ; et, bien évidemment, les XXème et XXIème siècles, que l’on peut considérer comme un nouvel âge d’or de la chronique.

Modalités de soumission

Taille des articles: maximum 40.000 caracteres (espaces inclus)

Délai de soumission des propositions d’articles : 15 mai 2014

Organisation: APEF (Association Portugaise d’Études Françaises)

Contact: carnetsapef@gmail.com

Protocole de rédaction avec les consignes de mise ne page 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *