La fin des cartes ?

Aline Caillet, Sophie Fétro, Anna Guillo, Karen O’Rourke de l’université Paris I lancent un appel à collaboration pour un projet intitulé « La fin des cartes ? » S’étalant sur deux ans, cette proposition s’intéresse à un objet graphique effectivement méconnu : « la représentation des territoires » qui est ici appréhendée « tant d’un point de vue technologique, scientifique, que politique et urbanistique » et esthétique pourrions nous ajouter. En effet, l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous fait état d’un intérêt pour des « démarches subjectives et appropriatives que nous adoptons face aux territoires » mais ne fait par contre qu’esquisser l’exploration d’un champ de recherche qui reste pourtant largement inexploré. Certains genres littéraires semblent en effet faire une place d’importance à la carte, voire la placer au fondement d’une poétique ainsi que l’a montré Anne Besson dans un article (« La carte maîtresse d’un jeu gagnant : l’imaginaire cartographique dans la fantasy jeunesse contemporaine ») publié dans le numéro 28 des Cahiers Robinson consacré au sujet (« Cartes et plans : paysages à construire, espaces à rêver »). Dans le cas des littératures de l’imaginaire, on peut penser que la carte permet d’inscrire une intrigue dans un territoire plus vaste : ce faisant, elle signale au lecteur que la narration s’inscrit dans une fiction qui la dépasse et qui reste en un sens à écrire ou lire. Et il serait à cet égard intéressant de s’intéresser aux procédés graphiques utilisés à cette fin, en s’appuyant par exemple sur un corpus de bandes dessinées : pensons notamment aux Cités obscures de Benoît Peeters et François Schuiten qui s’est appuyé sur une collaboration avec l’IGN pour éditer une véritable carte géographique de l’imaginaire Sodrovno-Voldachie, mais également à une série comme De cape et de crocs dans laquelle la carte est omniprésente. Nous laissons à nos lecteurs le soin de compléter une liste qui est esquissé ici par Olivier Marlet, et encourageons vivement nos lecteurs à tenter cet objet graphique entre tous. Le trait y est en effet normalisé selon des procédés et conventions qu’il serait intéressant d’interroger car ils se doivent de faire place à des usages prégnants : toute carte ne constitue-t-elle pas avant tout une représentation faisant une place à des circulations, imaginaires ou non ? Il s’agira d’étoffer cette intuition avant le 17 mars prochain.

La fin des cartes ?

Dans le cadre du projet de recherche, La Fin des cartes ? Territoires rêvés, territoires normalisés, qui bénéficie du soutien du conseil scientifique de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, nous nous intéressons aux productions artistiques relatives à la cartographie et à la représentation du territoire.

Résumé du projet

Ce projet de recherche, résolument interdisciplinaire, à la croisée des chemins de la recherche scientifique et de la pratique artistique, vise, à l’heure de la multiplication des procédés cartographiques 2D et 3D, à questionner la représentation des territoires tant d’un point de vue technologique, scientifique, que politique et urbanistique.

Productrice d’une iconographie captivante, parfois inquiétante, la carte et ses déclinaisons virtuelles (représentations 3D, maquettes numériques urbaines, etc.) est un objet de recherche mais également une méthode pour qui veut aborder la ville du point de vue du design, de l’anthropologie, de l’urbanisme ou de la géographie. Mais c’est justement ce « faire méthode » qui pose problème. À travers le titre La Fin des cartes ? Territoires rêvés, territoires normalisés, il s’agira de mettre en tension les démarches subjectives et appropriatives que nous adoptons face aux territoires que nous pratiquons, et les outils toujours plus performants et inquisiteurs qui tendent à absorber ces représentations.

GPS et «Mappy», les services de géolocalisation et les applications qui génèrent des cartes à la volée, sont-ils encore des procédés cartographiques ? Que doit-on penser des pratiques de cartographie collaborative ? Quel est le rapport entre leurs processus d’élaboration et de représentation des territoires et les techniques cartographiques utilisées par les scientifiques ? Dans quelle mesure laissent-elles encore une place au rêve et à l’imagination ? Ne masquent-elles pas de nouvelles stratégies de normalisation du territoire ? L’ambition du projet est ainsi d’apporter un éclairage sur la « fin des cartes », leur finalité comme leur finitude, leur fascinante beauté comme leur programme normatif, leur sinueux dessin comme leur inquiétant dessein.

Ce programme de recherche, s’étalant sur 2 années, comprend plusieurs volets : tables rondes, journées d’études, expositions, projections, colloques, etc.

En vue de préparer ces différents événements, nous lançons un appel à contributions auprès des artistes dont la pratique entre en relation avec la cartographie et le territoire.

Si ce projet vous intéresse, merci de nous envoyer une présentation de votre travail (format .pdf), comprenant 5 à 10 visuels et une brève présentation de votre démarche, en lien avec la thématique du projet.

Date limite de réception des dossiers : 17 mars 2014

Contact : lafindescartes@gmail.com

Aline Caillet, Sophie Fétro, Anna Guillo, Karen O’Rourke, Université Paris I panthéon-Sorbonne, Institut ACTE, UMR 8218.

Responsable : La Fin des cartes

Adresse : Université Paris I47 rue des bergers75015 Paris


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *