Images malgre tout ? Revoir 14

Plusieurs chercheurs de l’université de Toulouse-Le Mirail lancent un appel à communication intitulé : « Images malgré tout ? Revoir 14 » S’inscrivant dans la commémoration du centenaire de la première guerre mondiale, cette proposition nous invite à questionner « le rôle des images dans la lisibilité de l’histoire » et leur importance dans la construction d’une «  constellation mémorielle où les images (peinture et photographie) brillent d’une force particulièrement vive ». Même si le dessin, et en particulier la bande dessinée, sont encore ici oubliés (puisqu’il est fait mention des « rapports que la littérature, la peinture et la photographie contemporaines entretiennent avec les images d’archives aujourd’hui disponibles »), gageons que les organisateurs sauront faire une place à une forme d’expression qui se propose, par définition, de produire un texte en s’appuyant sur toutes formes d’images dont le traitement reste encore à explorer. Et cette proposition est peut-être plus largement l’occasion de s’inscrire dans une étude qu’Adrien Genoudet appelle de ses vœux au sein d’un fort stimulant billet publié sur Fovéa : « comprendre et interroger la manière dont les images s’inscrivent dans un flux continu d’appropriation et de réappropriation et [dont] ce flux – qu’il conviendra de définir – conditionne directement notre appréhension de l’histoire, notre perception du passé, l’écriture des faits historiques et notre propre historicité. » Relisant Tardi, Nicolas Juncker (Le Front), David B. (La lecture des ruines), Maël et Kris (Notre mère la guerre) ou Comes (L’ombre du corbeau), il s’agira par exemple de s’interroger (avant le 15 janvier prochain) sur le traitement réservé de ce que l’on a trop rapidement coutume d’appeler une « documentation » afin de se poser une question : de quelle distance (imitation, interprétation, citation ?) vis-à-vis d’images préexistantes l’auteur de bandes dessinées peut-il faire preuve ?

Images malgre tout ? Revoir 14

Journées d’études, 19 et 20 septembre 2014

Université de Toulouse 2-Le Mirail et Médiathèque de Toulouse

Manifestation labellisée par la Mission du centenaire 14

coorganisée par les laboratoires CAS (Cultures Anglo-Saxonnes) et PLH (Patrimoine, Littérature, Histoire)

avec le soutien du Labex SMS (Structuration des Mondes Sociaux)

Quel est le rôle des images dans la lisibilité de l’histoire? Et comment faire, lorsque le dernier des vétérans de la Grande Guerre s’est éteint en 2009, pour perpétuer une mémoire, ses récits et continuer à écrire l’histoire d’un conflit qui a frappé le siècle? La mémoire vive n’est plus et a confié aux générations suivantes le soin de faire sens de ce qu’elle laisse, véritable constellation mémorielle où les images (peinture et photographie) brillent d’une force particulièrement vive.

Engagée dans un combat contre l’oubli, la production littéraire française et britannique des trente dernières années s’est attachée à figurer les événements de la guerre et a tenté de circonscrire avec les mots ce qui toujours échappe ou ne se dit pas: l’incommensurable horreur de la vie au front, la blessure jamais vraiment pansée du traumatisme, l’indicible douleur de ceux-là qui assistaient impuissants aux désastres de la guerre et le combat étouffé de ceux-ci, pacifistes, qui refusaient de participer à l’effort de guerre.

Vestige d’un temps passé et image-témoin, l’image laisse une trace : que celle-ci soit documentaire ou outil de propagande, qu’elle dénonce la violence guerrière ou face l’apologie d’un patriotisme fervent, l’image prend position et continue de nous regarder, de nous questionner. Entre fantôme et symptôme, l’image survivante hante le texte et marque les textes contemporains de l’empreinte de 1914. En miroir, certains artistes contemporains recherchent dans le paysage l’empreinte qu’a laissée la littérature de la Grande Guerre, ou créent une nouvelle iconographie cherchant à combler l’aporie de l’événement.

Nous souhaiterions ainsi réfléchir aux rapports que la littérature, la peinture et la photographie contemporaines entretiennent avec les images d’archives aujourd’hui disponibles, et nous demander comment le 21e siècle se réapproprie, souvent par le biais de l’intermédialité, des faits qui de plus en plus s’éloignent. Il s’agira de comprendre les images qu’il nous reste de 14-18 dans leur relation à l’écriture et à l’art, c’est-à-dire de les inclure dans une réflexion historique et littéraire mais également de les voir, les regarder pour les connaître, les déchiffrer pour saisir une réalité qui désormais nous dépasse, nous échappe mais nous concerne toujours, avant de les confronter à la production actuelle. Nous explorerons ainsi :

  • La littérature de guerre mettant en scène les arts visuels, en particulier les textes associés à des images réelles ou opérant à partir de celles-ci.
  • Le travail d’artistes européens explorant la mémoire visuelle de 14.
  • La photographie de territoires de guerre, et en particulier la re-photographie

Les communications pourront être effectuées en français ou en anglais.

Comité scientifique :

  • Philippe Birgy (PR, Etudes Britanniques, Université de Toulouse)
  • Adèle Cassigneul (Doctorante Etudes Britanniques,  Université de Toulouse)
  • Elsa Cavalié (PRAG Etudes Britanniques, Université de Toulouse)
  • Jacques Dürenmatt (PR, Stylistique Française – Université Paris 4 Sorbonne)
  • Jean-Michel Ganteau (PR Etudes Britanniques, Université de Montpellier)
  • Jean-Yves Laurichesse (PR Lettres Modernes, Université de Toulouse)
  • Pierre Schoentjes (PR Lettres Modernes, Université de Gand, Belgique)
  • Sylvie Vignes (MCF HDR, Lettres Modernes Université de Toulouse)

Date limite : 15 janvier 2014

Un abstract n’excédant pas 250 mots accompagné d’une courte notice biographique doit être envoyé à revoir1914@gmail.com.

Responsable : Philippe Birgy, Adèle Cassigneul, Elsa Cavalié, Jean-Yves Laurichesse, Sylvie Vignes

Url de référence :
http://www.univ-tlse2.fr/


Une réflexion au sujet de « Images malgre tout ? Revoir 14 »

  1. Bonjour,

    Je fais partie du comité d’organisation de la manifestation « Images malgré tout », et découvre avec plaisir votre papier dont je partage le propos – je donne des cours à Toulouse sur la BD en Lettres et Master Communication. Même si cela ne figure pas dans l’appel à communication, nous avons déjà pensé à la présence de la BD, et en particulier aux auteurs que vous citez : je cherche à contacter David B. depuis plusieurs jours, sans succès hélas, et souhaiterais faire venir M. Vandermeulen pour son magnifique travail sur Fritz Haber. Sauriez-vous comment je pourrais directement les joindre ? Nous pourrions également envisager une collaboration, même si le programme de la Journée est déjà très fourni. Il serait en tout cas dommage que cette manifestation ne bénéficie pas de la présence d’un auteur de BD, qui aurait beaucoup à nous dire sur le travail de re-figuration graphique notamment à partir des images d’archives, ou sur la question de l’anachronisme (je pense aussi à Larcenet).

    En vous remerciant pour l’intérêt que vous portez à ce travail collectif, et dans l’attente de votre réponse,
    Avec mes bien cordiales salutations,

    Philippe MAUPEU
    MCF Langue et littérature française – Université Toulouse 2 – Le Mirail
    Tél : 06 21 57 28 59

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *